Zoom sur le compost


Les secrets d’un bon compost

Équilibrez les apports

Compenser l’apport de déchets verts ou trop humide (épluchures, tontes) par des éléments secs ou bruns (feuilles mortes, carton brun), mélanger les éléments fins avec des déchets plus grossiers, vous devriez obtenir ainsi un bon équilibre de la matière.

Petit conseil :
A l’automne, stockez un maximum de feuilles mortes à proximité du composteur, ainsi vous pourrez les utiliser toute l’année. Le broyats de branchages, les copeaux ou le carton brun sont utiles comme les feuilles mortes pour l’apport de matière sèche.
A chaque apport de déchets au composteur, ajoutez l’équivalence en matière sèche.

Brassez régulièrement

Un brassage régulier permet d’oxygéner le mélange pour une meilleure décomposition. Si vous déposer les déchets sans intervenir autrement, ils vont se tasser, former une masse compacte, et se décomposer difficilement.

Petit conseil : laisser un outil à proximité du composteur (fourche, bâton) et retourner les déchets en surface (20 cm) chaque semaine, cela suffit !

Surveillez l’humidité

Attention, nous sommes dans une région déjà très humide.
De plus, les déchets que vous mettez au compost apportent généralement suffisamment d’eau
Surveillez le mélange, il doit rester humide comme une éponge essorée. Un excès d’eau noierait le compost et provoquerait des mauvaises odeurs. Pour récupérer ce défaut, vous devrez soit y intégrer une bonne quantité de déchets secs (feuilles mortes, paille, foin, sciure…), soit étaler le mélange pour qu’il s’assèche.
En cas de mélange trop sec, la décomposition sera longue.

Petit conseil : En cas de compost trop sec, préférez si possible, ajouter plus de matière verte, c’est l’occasion alors de mettre un peu plus de tonte, plutôt que d’arroser.


Ce qui se passe dans votre compost

Dès la mort des cellules, les bactéries interviennent dans leurs destructions. L’activité provoque une montée en température qui détruit les champignons, les germes pathogènes et les graines. Les champignons décomposeurs reviennent à la fin de cette phase, puis la petite faune fragmente la matière organique. Si vous brassez alors votre compost, vous réactiverez l’activité bactérienne qui se manifestera par une nouvelle montée de température.


La récolte

Après un an, vous pourrez récolter votre compost et l’utiliser dans le jardin. Bien sur, cette durée est variable et va dépendre de ce que vous allez y mettre et de la façon dont vous vous en occuperez. Le brassage du compost est un facteur qui peut favoriser  une récolte plus rapide. Un compost non aéré pourra être récolté en général au bout de 2 ans.

Attention : Le compost est un engrais, il ne peut pas être utilisé pure. Toujours le mélanger à de la terre.


Des questions sur le compostage ? Découvrez notre Foire aux questions.

Quelques exemples d'utilisations

Le compost est excellent pour certaines plantes potagères très gourmandes en engrais . Il doit être utilisé bien décomposé pour les légumes aux racines plus fragiles comme les choux.

Plantes exigeantes
3 à 5 kg par m² par an
Plantes moyennement exigeantes
1 à 3 kg par m² par an
Plantes peu exigeantes
Apport nul
Aubergine
Céleri
Choux
Concombre et cornichon
Courge et courgette
Epinard
Fenouil
Maïs
Melon
Piment
Poireau
Poivron
Pommes de terre
Potiron
Rhubarbe
Tomates
Asperge
Betterave
Carotte
Haricot
Laitue
Panais
Persil
Pois
Salsifis
Ail
Chou de Bruxelles
Cresson
Echalote
Endive
Fève
Mâche
Navet
Oignon
Radis
Topinambour
Plantes aromatiques

Le compost peut être, mis au fond d’un trou de plantation, mélangé à de la terre franche, ou intégré au sol.
Il peut être étalé au pied des massifs, des arbres et arbustes, sous forme de paillage pour protéger la terre de l’hiver, et éviter la pousse des mauvaises herbes.