Les anciennes décharges

Depuis le 1er juillet 2002, seuls les déchets ultimes sont admis en centre d'enfouissement, cela signifie que nous devons extraire sacs noirs :

  • Les matériaux recyclables (verre, papiers, cartons, plastiques, métaux…)

  • La fraction fermentescible en vue de traitement biologique (compostage ou épandage).

  • Les produits usagés faisant l’objet d’une élimination dédiée : huile de vidange, piles, vêtements... 

Avant...

Le SEROC est le syndicat de traitement  des déchets ménagers sur le Bessin. 

Une décharge était un lieu de dépôt où l’on entassait les déchets. Elle était souvent exploitée par les communes qui souhaitaient assurer un service minimum aux habitants. Les déchets ont souvent contenu des produits toxiques ou dangereux (piles, peinture…).
Tout cela se trouvait enfoui dans d’anciennes carrières ou en comblement de fosses naturelles.

Les risques s’avéraient importants pour l’environnement,
pollution des eaux souterraines, des eaux pluviales, dégagement de gaz de décharges…
Il a fallu attendre le milieu des années 90 pour qu’il y ait une réelle prise en compte des risques. Ainsi de nombreuses décharges ont du être fermées.


Et maintenant ?

ZoomIl faut réparer les erreurs du passé. Après avoir profité d’une élimination de nos déchets à bas prix pendant plus de 20 ans, les habitants du SEROC comme toute la population doivent contribuer à améliorer la qualité de leur environnement.

Pour répondre à la législation, le SEROC s’emploie à sécuriser trois anciennes décharges sur son secteur : St Vigor le Grand et St Germain du Pert sont maintenant sécurisées, Juaye Mondaye reste à réhabiliter.
Le suivi de ces décharges est rendu obligatoire pour une période de 30 ans. Le site de St Vigor le Grand est converti en un site en un parc thématique sur la gestion des déchets et le développement durable, pour démontrer l’importance de la protection de l’Environnement et préparer l’avenir.